Les biais dans les questionnaires

Les biais dans les questionnaires sont des éléments pouvant affecter la fiabilité des réponses dans les sondages. De plus, il en existe de plusieurs sortes : biais de formulation, biais de structure, biais d’échantillonnage etc.

Ils sont classés sous quatre « thèmes » :

  • Cognitifs : lié au fait de connaître. Ce thème regroupe les biais cognitifs suivants : la mémoire, l’attention, le jugement, la personnalité, l’illusion et le raisonnement.
  • Affectifs: lié au fait de faire aimer et donc à nos sentiments et nos émotions.
  • Méthodologiques: liés aux erreurs de méthodologie utilisées lorsque vous avez récoltés les informations
  • Sociaux et culturels: liés nos informations socio-démographiques.

Les biais cognitifs :

  • Le biais illusion : notre système visuel analyse mal les informations qui lui parviennent.
  • Un biais attentionnel : notre cerveau traite différemment certaines informations selon nos préoccupations ou centres d’intérêt.
  • Le biais amnésique : ils concernent le traitement des souvenirs. Exemple : ils peuvent être modulés ou tronqués d’une certaine façon, notamment sous le coup d’états affectifs.
  • Le biais de jugement :  on retrouve dans ce biais, l’appel à la probabilité qui consiste à considérer quelque chose comme vrai parce que cela peut probablement être le cas. Il y a aussi le biais de confirmation : privilégier les informations qui confirment nos idées préconçues ou nos hypothèses, ou encore le biais d’ancrage : être influencé par sa première impression.
  • Biais de raisonnement : ces erreurs d’analyses peuvent par exemple nous conduire à préférer les éléments qui confirment plutôt que ceux qui infirment une hypothèse ou encore à considérer des paramètres comme étant représentatifs d’une population.
  • Le biais lié à la personnalité : ceux-ci sont directement liés à l’individualité, à la culture et aux habitudes de la personne. Ainsi, certains individus peuvent être exagérément optimistes.

Les biais affectifs :

Le biais affectif peut influer sur le raisonnement ou l’évaluation des questions. Les émotions interfèrent avec le jugement moral. Par exemple, être d’humeur positive ou négative peut influencer votre recueil d’information. La personne positive aura envie de s’appliquer, de répondre correctement. De plus, elle répondra en général de façon positive. Tandis qu’une personne négative aura tendance à voir les choses négativement. Elle ne s’appliquera pas forcément dans les réponses qu’elle donnera.

Solutions pour y remédier :

Il faut donc essayer à ce que le répondant prenne conscience que ses états d’âme du moment peuvent interférer sur ses réponses ainsi que sur la qualité de votre recueil d’information. Il faut donc que le répondant tente de prendre du recul par rapport à cela, afin de garder une vision la plus objective possible. L’idéal serait qu’il réponde aux questionnaires lorsqu’il sera plus apte à répondre correctement en tout objectivité au questionnaire. Cependant, les entreprises ne peuvent réellement y faire quelque chose.

Les biais sociaux et culturels :

Biais stéréotypé/ préjugés

Effets :

Le biais stéréotype / préjugés est délicat pour les entreprises. Il faut correctement le comprendre et connaître ses limites. En effet, ce biais peut concerner les croyances concernant les caractéristiques des membres d’un groupe. Le jugement porté a priori sur autrui peut être le fruit de stéréotypes.

Solutions pour y remédier :

Pour éviter de créer des stéréotypes ou des préjugés, il faut être prudent. Rien ne dit que l’individu partage les croyances et le jugement que l’on se fait de lui. Il peut se sentir non concerné par la question posée ou encore ne pas vouloir y répondre car il considère que cela ne fait pas partie de ses valeurs.

Les biais méthodologiques :

Le biais méthodologique résulte d’une erreur dans le choix de la méthodologie de votre questionnaire.

En découle, une mauvaise formulation des questions qui provoque une mauvaise compréhension de celle-ci et donc des réponses approximatives.

Le fait, d’effectuer certaines formes de questions comme les questions ouvertes provoquent une exploitation difficile vis-à-vis des réponses. Cela est dû aux sondés qui vont avoir une certaine lassitude à répondre et vont éviter certaines questions.

Il faut donc avoir une méthodologie spécifique pour créer un sondage afin d’avoir des répondants représentatifs de la population que l’on étudie.

Solutions pour y remédier :

Différentes solutions existent pour palier à ces effets.

La première c’est de prendre du temps et de mobiliser des moyens pour organiser le travail de collecte, d’analyse et de traitement de l’information.

La deuxième est d’éviter de poser des questions trop orientées, trop sensibles ou agressives. Il ne faut pas orienter les réponses, ni influencer les panélistes. Il faut poser des questions précises, simples, courtes, neutres, sans ambiguïté. De plus, reformuler les réponses données dans le cadre d’entretiens et soigner les réponses proposées dans le cadre d’un questionnaire sont essentiel pour une bonne réalisation du questionnaire au niveau de la méthodologie.

Enfin, il faut réaliser un questionnaire dans l’esprit qu’il faut pouvoir y répondre rapidement, sans trop réfléchir. Le risque est de lasser le répondant et qu’il réponde approximativement. Cela donnerait un rendu de réponses pas assez fiable. Si vous avez créé des questions ouvertes il faut effectuer une analyse de contenu et créer des catégories.

Avant de créer un questionnaire, analyser correctement votre population cible avec des informations permettant de la comprendre.

La méthodologie pour créer un questionnaire est donc très importante car sans celle-ci votre sondage peut tomber à l’eau.

Les autres biais :

Biais « effet de groupe »

Effets :

Interroger un individu lorsqu’il est dans un groupe n’est pas forcément le bon moyen pour récolter des réponses utiles et fiables. Il est possible que le répondant soit influencé par les autres répondants du groupe même si celles-ci ne lui conviennent pas.

Solutions pour y remédier :

Pour remédier à ce phénomène de groupe, vous pouvez indiquer, avant de poser les questions, que les avis peuvent être divergents et qu’il n’y a pas de jugement dans les réponses formulées. Chaque individu peut avoir sa vision de la problématique, il n’y a pas de bonnes ou mauvaises réponses.

Les biais dans les questionnaires

Biais d’hypothèse/d’autocomplaisance/ d’auto-handicap

Effets :

Le biais d’hypothèse est une tendance naturelle que les individus privilégient en accordant plus d’attention sur les informations qui confirment leurs idées préconçues, leurs hypothèses. En revanche ils accordent beaucoup moins d’importance aux points de vue jouant en défaveur de leurs idées.

Un biais d’autocomplaisance est la manière dont les individus ont tendance à s’attribuer la causalité de leur réussite à leurs qualités propres (causes internes) et leurs échecs à des facteurs ne dépendant pas d’eux (causes externes).

Le biais d’auto-handicap consiste à mettre en avant des obstacles à sa propre réussite dans l’optique d’un échec futur, pour éviter des interprétations causales.

Différentes solutions existent pour y remédier :

L’idéal dans un premier temps serait de poser des questions autres que celles qui confortent des points de vue. En parallèle, il faut que le répondant ait une capacité de s’interroger lui-même et de se remettre en question sur le sujet donné.

En effet, il faut savoir qu’il existe des cas où les individus savent, même avant d’agir, que ce sera un échec. Pensez donc à interroger les individus sur les facteurs de réussite potentiels

Enfin, pour le biais d’autocomplaisance, il n’y pas forcément de solution pour y remédier. Les gens endossent bien souvent la responsabilité de leurs réussites, mais rejettent la responsabilité de leurs échecs.

Et vous faites quoi chez Selvitys ?

On vous aide à limiter les biais dans vos études en vous aidant dans la rédaction, la programmation et la récolte de données auprès d’un panel ciblé. Nous vous accompagnons dans la création, la diffusion et l’analyse des résultats de vos études quelque que soit la taille de votre entreprise. Si vous avez besoin d’aide pour rédiger un questionnaire et notamment un sondage, nous vous accompagnons de A à Z à des prix adaptés selon votre besoin et dans des délais records. Faites confiance à Selvitys Sondage et demander un devis !