Covid-19, quel impact sur la santé des entreprises en France ?

Cette étude a été réalisée à la suite des mesures prises par l’Etat français et le parlement européen à la suite de la pandémie mondiale du virus « covid-19 ».

Pour la mener à bien, nous avons interrogé via un questionnaire en ligne, un échantillon très majoritairement composé de CSP+ de 317 personnes.

L’objectif principal de cette étude était d’obtenir de premières estimations quant aux futures répercussions de cette crise sur les entreprises françaises et déterminer l’impact de celle-ci sur la structure financière et salariale des sociétés françaises.

Plan de continuité d’activité

60% des entreprises sondées disposent d’un plan de continuité d’activité et l’ont mis en place à la suite des mesures prises par l’Etat français et le parlement européenOn constate tout de même que 21,33% des entreprises sondées ne disposent pas de PCA.

Les entreprises dépassant les 50 salariés disposent toutes d’un plan de continuité d’activité alors que près de 38% des PME n’en dispose pas.

Satisfaction globale face aux mesures

48% de nos interviewers se disent satisfait des mesures mis en place par l’Etat français (confinement, indemnisation, report des charges, etc…). 32% n’expriment pas d’opinion à ce sujet. 8% sont très satisfait de ces mesures alors que 5,33% ne sont pas satisfaits.

Impact sur le chiffre d’affaires des entreprises

56% de nos interviewers ont affirmé que la crise sanitaire du covid-19 a d’ores et déjà un impact négatif sur le chiffre d’affaires de leur entreprise. 25% de nos répondants ne savent pas encore si cela aura un réel impact. Les secteurs d’activité les plus exposés à cette baisse des ventes sont les commerces de détail, les services aux entreprises, les cabinets d’études et de conseils ainsi que les agences de communication, marketing et publicité. Les banques et assurances quant à elles n’identifient pas de baisse significative de leur chiffre d’affaires et semblent être épargné pour le moment par cette crise.

Répartition de l’effectif salarial

On estime avec une marge d’erreur de 5% qu’environ 22,5% de la population active continue de se déplacer et de travailler dans leur lieu de travail habituel. 58,24% des individus sont passés au télétravail alors que 17,7% de la population active serait au chômage partiel. De plus, on constate que les PME font davantage appel au chômage partiel (19% en moyenne) alors que les ETI et les grandes entreprises ont en moyenne 12% de leurs effectifs en chômage partiel.

Secteur de dépense impacté

31% de nos interviewers ont répondu que les premières pertes liées à cette crise seront imputées dans les dépenses de marketing et communication. 12% d’entre-eux ont répondu que le développement commercial sera également impacté. Enfin, 8% de nos répondants ont affirmé devoir imputer la baisse de leur chiffre d’affaires par une baisse des charges salariales.

Pic de l’épidémie

32,8% de nos interviewers prévoyaient le pic épidémique pour le 1er avril, tandis que 28% l’avait prédit pour le 15 avril et 12,68% l’annonce pour le 1er Mai. Seulement 20% de nos sondés n’expriment pas d’opinion sur le sujet.

Vous pourriez également aimer...

Articles populaires